Grippe Aviaire

Publié le 16/12/2020
 

Depuis le 05 novembre 2020, notre territoire est concerné par un risque élevé de propagation de la grippe aviaire. 

Depuis, plusieurs cas d'influenza hautement pathogène ont été diagnostiqués en France et en Belgique, à quelques kilomètres de la frontière avec notre département. C'est pourquoi la vigilance de tous doit être renforcée. 

Je me permets donc de vous adresser quelques rappels pour les détenteurs d'oiseaux : 

- les détenteurs de volailles (basse-cour) ou autres oiseaux captifs non commerciaux élevés en extérieur doivent se déclarer auprès des mairies. Ce recensement permet de détecter le plus rapidement possible la maladie et de s'assurer qu'elle ne circule pas

- de plus, les volailles doivent être actuellement maintenues confinées ou sous filet de protection et toute mortalité anormale doit être signalée à un vétérinaire ou à la DDPP (Direction Départementale de la Protection des Populations)

Voici les mesures de biosécurité à mettre en oeuvre : 

INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE

Qu'est-ce que c'est? 

L'influenza aviaire est une maladie virale qui peut toucher presque toutes les espèces d'oiseaux sauvages ou domestiques. Le virus qui sévit actuellement ne touche pas l'homme. Il n'infecte que les volailles. Il n'y a aucun risque à consommer les produits de la volaille. 

Les canards et les oies (palmipèdes) sont le plus souvent porteurs sans symptômes. Ils peuvent être infectés sans qu'on le remarque.                                Toutes les volailles : les pintades, poules, dindes, cailles montrent des symptômes très rapidement suite à l'infection. la mortalité peut être très élevée. 

  • Je ne laisse pas divaguer mes volailles
  • Je réduis les parcours de mes animaux et je les maintiens enfermés. 

* pour les canards et les oies : dans un bâtiment fermé, dans des volières hermétiquement grillagées (côtés et dessus) 

* pour les autres volailles : dans des bâtiments fermés, dans des volières hermétiquement grillagées (côtés et dessus), dans des enclos de taille réduite, hermétiquement grillagés (côtés) avec un filet par dessus

  • J'évite les échanges et les visites dans les élevages voisins 
  • J'appelle le vétérinaire si je constate une mortalité anormale 
  • Je mets l'eau et la nourriture de mes volailles à l'abri de la faune sauvage 

La faune sauvage (en particulier les oiseaux migrateurs) est fortement soupçonnée actuellement de diffuser la maladie. 

D'où la nécessité de confiner ou de protéger vos oiseaux d'agrément et de basse-vour en évitant tout contact avec les oiseaux sauvages pour empêcher la transmission du virus. 

Retirez les cadavres d'oiseaux sauvages morts et prévenez l'Office Français de la Biodiversité ou la Fédération Départementale des Chasseurs. 

Ces mesures de prévention ont pour but de protéger vos animaux ainsi que les élevages de volailles domestiques d'une potentielle contamination dont les conséquences pourraient êtres désastreuses aux plans sanitaire et économique. 

Protégez vos oiseaux et volailles pour empêcher la diffusion du virus est une attitude citoyenne. 

 

 

 

 

L’évènement en images